AMÉLIORER LA QUALITÉ DE VOS NUITS POUR AMÉLIORER LA QUALITÉ

17 avril 2020
PRÉSERVER SA SANTE

Créer un environnement favorable au sommeil.

Bruit, température et qualité de l’air, trois paramètres qui influent sur la qualité de l’endormissement et du sommeil.

La température idéale de la chambre à coucher se situe entre 18 et 22 degrés. Une température élevée rend plus difficile l’endormissement et provoque des éveils répétés dans la nuit. N’oubliez pas d’aérer votre chambre pendant cinq minutes avant d’aller vous coucher, pour disposer d’un air renouvelé durant la nuit.

Une bonne literie

La qualité du couchage provient des matières qui entrent dans la composition du matelas et du linge de lit. Pour un sommeil de qualité, misez sur des matériaux naturels tels que le latex, la laine et le coton.

Tordez le cou aux idées reçues, comme quoi dormir sur un matelas dur c’est dormir d’un sommeil plus sain. Le matelas est là pour décontracter les muscles, empêcher les meurtrissures en favorisant la circulation sanguine et apporter du confort aux vertèbres pour que les disques intervertébraux ne subissent pas d’aplatissement. Enfin, penser au sur-matelas. Il isole le matelas du froid et induit une régulation thermique. Il assure du confort en ajoutant du moelleux pour les matelas anciens.

Le choix d’un bon lit est capital. Un bon lit est à l’origine d’un bon sommeil, source d’équilibre physique et psychique ? Pour assurer un sommeil réparateur, le sommier doit constituer une unité statique en terme de forme et de fonctionnalité. Pour un couple, il est conseillé de séparer les sommiers, la séparation des matelas n’étant pas indispensable.

Le sommeil se prépare le jour

L’exercice physique fait partie des donneurs de temps. Un minimum est indispensable. Nous avons tous fait l’expérience. Un simple exercice physique dans la journée engendre une fatigue saine, génératrice d’un bon sommeil réparateur. Néanmoins, attention au dosage et à l’heure d’éxécution. Faire du sport après dîner élève la température corporelle et retarde l’endormissement.

L’art de la sieste

S’accorder une pause n’excédant pas 20 minutes en début d’après-midi est souhaitable. Elle doit être considérée comme une pause ressourçante, régénératrice, un tremplin pour le redéploiement de l’activité physique sur la seconde partie de la journée.

Une alimentation réglée comme une horloge

La prise alimentaire fait partie des donneurs de temps. Elle permet de s’ancrer dans la journée.

La régularité des repas est importante tout comme leur composition. Un dîner copieux et trop arrosé et c’est l’insomnie assurée !

Le dîner est l’occasion de recharger les batteries. Il prépare les réserves énergétiques pour le lendemain et permet un jeûne pendant la durée de la nuit et donc un sommeil continu sans éveil. Il est important d’assurer la ration en glucides complexes apportés par des féculents. Fruits et légumes doivent aussi être de la partie. Un endormissement facile et une nuit sans éveil seront garantis à condition d’éviter les repas copieux, de réduire sa consommation d’alcool et d’excitants.

Les plantes du sommeil

Enfin les plantes peuvent venir au secours de vos nuits. Trois plantes sont incontournables dans le traitement des troubles du sommeil.

La passiflore est sédative avec une composante anxiolytique. Elle agit sur le cœur en diminuant la fréquence cardiaque et abaisse la tension artérielle.

L’escholtzia raccourcit les délais d’endormissement. C’est une plante employée en cas de nervosité s’accompagnant de troubles du sommeil et d’anxiété.

Le houblon soulage de l’anxiété et des troubles du sommeil. Ces trois plantes peuvent être consommées sous forme de tisanes ou en gélules. A vous de choisir la formule qui vous conviendra le mieux.

Hey, vous avez aimé cet article ? Pourquoi ne pas le partager autour de vous ?

Related Posts