DOULEURS ARTICULAIRES ET PHYTOTHÉRAPIE

17 avril 2020
PRÉSERVER SA SANTE

Les rhumatismes sont un des motifs de consultation des plus fréquents, notamment, à cause des douleurs qu’entraînent ces pathologies. On estime à environ 10 à 15 millions les Français qui souffrent de douleurs rhumatismales.

Il faut tout d’abord définir ce que l’on entend par «rhumatisme». On distingue essentiellement :

  • des rhumatismes inflammatoires, dus aux agressions extérieures (petits chocs répétitifs dus aux conditions de vie), ou dus à des agents infectieux (virus, bactéries), on parle alors d’arthrite.
  • des rhumatismes dégénératifs : ce sont l’arthrose, l’ostéoporose. Ceux-ci sont dus au vieillissement de l’organisme et s’accompagnent toujours d’une inflammation secondaire au frottement du à la disparition du cartilage.

Il est à noter l’importance de la surcharge pondérale, qui aboutira toujours à la longue à ce genre de problème.

Toutes ces pathologies ont un point commun, c’est qu’elles font souffrir. Les douleurs, souvent permanentes et importantes, au niveau du dos, des articulations, altèrent fortement la qualité de vie. Quelle est la personne qui peut dire qu’elle n’a jamais eu mal au dos, ou aux articulations ?

Les vieux médecins avaient coutume de dire, avec humour, que, à partir d’un certain âge, lorsque l’on se réveillait le matin sans douleurs, c’est qu’on était mort. Alors, que pouvons-nous faire pour soulager au moins les douleurs, si nous ne pouvons pas nous opposer au vieillissement inéluctable de nos articulations ?

La recherche médicale s’est bien sûr penchée depuis longtemps sur la question. Il existe maintenant des médicaments efficaces contre la douleur et l’inflammation. Seulement, comme tout composé synthétique puissant, le revers de la médaille est qu’ils agissent souvent au prix de graves effets secondaires.

Regardons de plus près ce que la nature a prévu dans ce cas. Plusieurs plantes ont des effets analgésiques et anti-inflammatoires, mais, deux plantes se détachent du lot : la racine d’harpagophytum et la reine des prés :

  • L’harpagophytum est une racine qui est employée depuis des millénaires, par les tribus africaines. Elle a commencée à être connue des occidentaux, à partir de la colonisation du continent africain. Son nom de «griffe du diable» vient du fait que le fruit a une forme de griffe, véritable «harpon végétal», qui s’agrippe à tous ce qui passe auprès de lui. Plusieurs essais cliniques ont confirmé l’action anti-inflammatoire et analgésique de cette racine.
  • La reine des prés, «l’aspirine végétale» complète efficacement l’action de l’harpagophytum. Elle est utilisée depuis des siècles comme plante aromatique et même de décoration. Ses vertus médicinales ne sont découvertes qu’à la Renaissance, où elle devient le remède miraculeux des «douleurs de jointure». Elle contient des précurseurs de l’acide salicylique (l’aspirine) et pour cela, ne doit pas être consommée en même temps que l’aspirine ou les anti-inflammatoires. Attention aussi si vous êtes sous traitement anticoagulant ou allergique à l’aspirine.

Ce sont des traitements qui agissent environ en 3 semaines, et qu’il faudra continuer et répéter plusieurs fois par an.

Ne nous privons pas des bienfaits de ces plantes, mais n’oublions pas que nous sommes responsables de nous même, et que, si nous n’avons pas une bonne hygiène de vie associée aux traitements, il est illusoire d’espérer une quelconque amélioration. Donc, au réveil, pensez à vous étirer, avant de vous lever. Observez les chats, ils ont tout compris ! Attention au stress, sachez décompresser, prenez 5 minutes au travail pour vous étirer, changer de position (travail à l’ordinateur !). 

Luttez contre la surcharge pondérale, et augmentez votre exercice physique quotidien. La marche à pied, le vélo, sont très utiles pour maintenir l’appareil locomoteur en état de fonctionnement. 

Marc Dumon

Hey, vous avez aimé cet article ? Pourquoi ne pas le partager autour de vous ?

Related Posts