GARDEZ L’ENERGIE ET LA VIGUEUR NÉCESSAIRE A LA RÉALISATION

17 avril 2020
PRÉSERVER SA SANTE

Pour vivre plus longtemps, certain es questions qui reflètent notre mode de vie sont inévitables. Prenons tout d’abord le chemin du bilan de santé : poids, taille et prise de sang adaptée.

La mesure du poids et de la taille permet de calculer l’indice de masse corporelle. IMC = Poids/ (taille *taille).

Un IMC normal est compris entre 20 et 25. Au-delà, c’est le surpoids. Entre 30 et 35 c’est l’obésité et au-dessus de 35 c’est l’obésité morbide, c’est-à-dire qu’il y a un risque d’augmentation de la mortalité lié à l’obésité.

Le tour de taille ne devrait pas dépasser 95 cm chez l’homme et 85 cm chez la femme car l’obésité abdominale augmente le risque de maladie cardiovasculaire de façon significative, particulièrement celui de l’infarctus du myocarde.

Enfin, l’excès de graisse entraîne des anomalies métaboliques et vasculaires regroupées sous le terme de syndrome métabolique. En France on estime qu’une personne est atteinte du syndrome métabolique si elle regroupe au moins trois des cinq critères suivants :

Tour de taille supérieur à 95cm pour les hommes et 85 pour les femmes.

HDL cholestérol inférieur à 0.4g/l pour les hommes et 0.5g/l pour les femmes.

Triglycérides supérieurs à 1.5g/l

Pression artérielle supérieure à 140/90 mmHg

Glycémie à jeun supérieure à 1.1g/l

Les dix mesures essentielles pour améliorer votre espérance de vie :

Contrôlez votre taille et votre poids

Vérifiez votre pression artérielle

Faites des prises de sang régulières

Traquez les cellules cancéreuses par les examens appropriés

Mangez sainement

Bannissez les toxiques

Déjouez les pièges des trous de mémoire et des chutes

Bougez

Dormez

Aimez…

De la tension au bilan cardiovasculaire

La tension artérielle correspond à la pression du sang dans les artères. Cette pression est différente lorsque le cœur se contracte (chiffre le plus haut) ou lorsqu’il se rempli (chiffre le plus bas). Elle doit rester en dessous de 14/9, ce qui réduit les risques de maladies cardiovasculaires. A partir de 65 ans, une tension artérielle inférieure à 16 et idéalement égale à 14 réduit le risque d’insuffisance cardiaque, d’accident vasculaire cérébral et de maladie coronarienne.

Dormez sur vos deux oreilles

Le sommeil est indispensable pour recharger les batteries. Malheureusement les besoins et la qualité du sommeil sont variables d’un individu à l’autre. Avec l’âge, la qualité se dégrade et le nombre d’heures de sommeil chute. Etablissez un programme d’amélioration du sommeil personnel. Choisissez ce qui vous convient parmi ceci mais soyez honnête avec vous-même :

Mangez équilibré, arrêtez les excitants, pratiquez une activité physique régulière, restez zen, faites une sieste de 10 à 20 minutes, essayez les infusions de plantes, utilisez les médecines douces… dont de nombreuses possibilités pour retrouver le sommeil.

Traquez le cancer avec le corps médical

Le médecin est un allié de choix dans la prévention du cancer. Il est essentiel de lui parler de son arbre généalogique et de pratiquer les examens recommandés.

Les bonnes mesures de prévention :

Les seins : autopalpation des seins une fois par mois surtout en cas de cancer du sein dans la famille. Examen clinique des seins et mammographie de dépistage tous les deux ans.

Poumon : l’arrêt du tabac est la première mesure.

Prostate : le toucher rectale est d’autant plus important qu’il y a eu des antécédents dans la famille.

Côlon : informez votre médecin d’un changement de fréquences des selles ? Recherche de sang dans les selles tous les deux ans dès 50 ans.

Peau : en cas de grains de beauté nombreux, une consultation annuelle chez un dermatologue est souhaitable.

Mieux vaut prévenir

Prévenir les chutes c’est éviter les risques de fractures et d’hospitalisation. Pratiquez une activité physique régulière, un dépistage des troubles de la vue et de l’audition, une rééducation des troubles de l’équilibre qui devront être recherchés régulièrement.

Dépister très tôt des troubles de la mémoire améliore le pronostic de la maladie d’Alzheimer. Les médecins disposent actuellement d’une batterie de tests permettant le dépistage des troubles cognitifs chez les sujets âgés. Votre mémoire vous joue des tours ? Parlez-en à votre médecin et, s’il vous le conseille, ne tardez pas à réaliser les tests de mémoire. En effet un diagnostic précoce de maladie d’Alzheimer permet un meilleur pronostic.

Misez sur votre alimentation

Des produits sains, plutôt complets et bio consommés rapidement et de préférence crus.

Fruits et légumes bio sont plus sains et non seulement leur qualité nutritionnelle est meilleure mais ils contribuent à préserver l’environnement. De plus, en agriculture biologique l’absence d’utilisation de boues de station d’épuration entraîne un risque moindre de retrouver des métaux lourds dans votre assiette. Consommez de préférence les aliments frais et crus car ils sont alors plus riches en vitamines. Lorsque la cuisson est nécessaire, la règle de base est de ne pas trop élever la température de cuisson (100°C). Cuisez de préférence à la vapeur, évitez les cuissons à hautes températures, consommez le moins possible d’aliments brûlés et abusez des herbes aromatiques.

Attention aux sucres et aux sodas, fritures, pâtisseries, conserves et plats préparés. Evitez les produits de salaison, les viandes ou les poissons fumés car les nitrites utilisés dans ce procédé se transforment dans l’organisme en nitrosamines dont le pouvoir cancérigène est connu chez l’animal.

Choisir ses alliés

Si votre alimentation n’est pas optimale, si vous faites partie d’un groupe à risque à déficit (fumeur, consommateur d’alcool…) vous pouvez complémenter votre alimentation par des antioxydants.

Demandez conseil auprès de votre pharmacien ; selon le cas, il peut vous conseiller un comprimé qui apporte 1 à 2 voire 3 fois les apports conseillés dans les principaux micronutriments antioxydants. Assurez-vous auprès de votre médecin qu’il n’y ait pas de contre-indication. Il vous indiquera si pour vous il est préférable de le prendre en cure ou à l’année.

Choisir une activité physique

Difficile de choisir la manière de se faire du bien…

C’est le plaisir qui doit guider votre choix. La marche et la natation sont bénéfiques à tout âge. Pour la souplesse et l’équilibre, essayez la danse et le yoga. La natation, le vélo peuvent vous aider à maintenir le capital musculaire et cardio-respiratoire. Afin de limiter les méfaits de l’ostéoporose, tentez la marche, le vélo et la course à pied.

Le choix du sport pratiqué dépend aussi de l’intensité physique requise ? Si l’intensité physique est trop importante, c’est risqué. C’est ce qu’a démontré une étude qui a suivi des athlètes réalisant l’épreuve de Spartathlon. Cette course de 246km non-stop relie Athènes à Sparte et doit se faire en 36 heures… sous une chaleur étouffante.

Les prises de sang ont été effectuées avant, juste après et 48 heures plus tard. Entre le début et la fin de la course, le sang contient dix fois plus d’ADN circulant, témoin de la destruction du tissu musculaire induite par cet effort intense. En fin de course les signes biologiques d’inflammation étaient majeurs et les bilans lipidiques étaient tous perturbés.

Attention, pas d’effort physique intense d’emblée. La Société Française de Cardiologie recommande une épreuve d’effort à un homme de plus de 40 ans ou une femme de plus de 50 ans qui veut se remettre au sport. Cependant tout dépend des facteurs de risques : tabac, surpoids, diabète, cholestérol. Donc si vous devez reprendre un sport après 45 ans, consultez votre médecin. Pratiquez un entraînement progressif en écoutant votre corps et vos limites.

Du positif plein la tête !

Etre optimiste, rire à la moindre occasion, avoir des relations affectives agréables et satisfaisantes, maintenir une activité intellectuelle, soigner son apparence et savoir rester relax en toutes circonstances sont autant de modérateurs de stress à utiliser !

Hey, vous avez aimé cet article ? Pourquoi ne pas le partager autour de vous ?

Related Posts